On viendra à bout du plastique !

Chez Yumi on est décidés à trouver des alternatives concrètes à un modèle 100% plastique polluant et dépassé. On a donc lancé en octobre 2017 une bouteille en résidus de canne a sucre ! Mais aujourd’hui, la France pénalise les alternatives au plastique en appliquant un malus sur les bouteilles en matériau végétal compostable. Curieux non ? 

Cette histoire a déjà fait un peu de bruit, on vous fait le récap : accrochez-vous !

… et ça continue

14 septembre 2018
L’Assemblée Nationale vote l’interdiction des couverts en plastique !
Elle s’ajoute à celle des pailles et des touillettes à usage unique, adoptée par le Sénat en juin. Tout ça, c'est prévu pour le 1er janvier 2020 et tant mieux, c'est presque demain !
11 septembre 2018
On passe dans “L’Oeil du 20h” sur France 2
France 2 s'intéresse à la problématique de nos bouteilles végétales et réalise un reportage bref mais très clair sur la problématique qu'on rencontre : "un malus car pas de filière, pas de filière car pas assez de bouteilles, un développement de ces bouteilles pas encouragé par le malus. Bref, on tourne en rond."  La vidéo est visible juste là !
Le même soir, le magazine Cash Investigation diffuse : “Plastique : la grande intox”
L'émission jette un pavé dans la mare, en enquêtant sur les stratégies secrètes d'un des géants mondiaux des sodas... Coca-Cola. Elle révèle également que certains plastiques sont même contaminés par des substances chimiques dangereuses pour la santé. Vous pouvez regarder le replay juste ici. (On vous le conseille vivement !)
3 septembre 2018
On fait des tests de compostage industriel avec Les Alchimistes !
Les Alchimistes, on les soutient à fond les ballons ! Installés dans un parking souterrain près de La Porte de la Chapelle, ils ont pour ambition de collecter et de traiter les déchets au coeur même de Paris, pour fournir les agriculteurs et les jardiniers urbains avec un compost 100% naturel. On commence à expérimenter avec eux la taille de broyage de nos super bouteilles végétales, dans un process de compostage à grande échelle (vous savez, la fameuse filière pas assez importante ni assez rentable pour certains...). On est super fiers de se dire qu'on pourra bientôt l'alimenter avec nos bouteilles en canne à sucre !
28 juin 2018
La Commission Européenne veut interdire le plastique à usage unique
Bruxelles propose une série de mesures concrètes allant de l’interdiction de certains produits à usage unique à l’obligation de recycler, dans le but de limiter la pollution marine en particulier. Une dizaine d’objets comme les pailles ou les couverts de pique-nique pourraient être interdits. Envie d'agir à votre échelle ? Signez cette pétition !
15 juin 2018
Louis et Raphaël signent une tribune engagée
On rédige une tribune pour interpeller de nouveau l’Etat, l'inciter à soutenir enfin les alternatives viables au plastique, et mobiliser les français sur le sujet. La Tribune a été publiée dans Le Monde, à lire par ici. Vous adhérez ?
Mai 2018
Une étude des bio-plastiques. Par qui ? Quand ? Comment ?
CITEO propose en mai 2018 de financer une étude visant à analyser les cycles de dégradation du PLA. Dès validation scientifique du meilleur comportement du PLA dans la nature, Brune Poirson et ses collaborateurs s’engagent à revoir la grille des malus. Un bon début… même si le timing et les contours de l’études sont encore totalement flous.

Quoi qu'il en soit, le bio plastique c'est 0 hydrocarbure utilisé. C'est déjà un gros plus pour nous.

Le score à date : PLA : 1 / Plastique : 0
15 mai 2018
On est reçu au cabine de la ministre Brune Poirson
Plusieurs médias s’emparent du sujet, puis, miracle, on est invités au Cabinet de Brune Poirson pour défendre les emballages propres et alternatifs aux plastiques. Les semaines filent et le sujet intéresse enfin l’Etat, génial !

Raphaël met une belle chemise et sa cravate. Un article par ici !
Avril 2018
Avec ou sans CITEO ?
Échanges de tirs sur le PLA avec CITEO sur Twitter, nos visions semblent radicalement différentes. D’un côté, une approche qui continue de donner au plastique une place centrale, de l’autre, une dynamique visant à trouver des alternatives viables et à l'empreinte écologique bien moindre.

On garde confiance, on est persuadé de pouvoir faire bouger les lignes ENSEMBLE.
Avril 2018
Toc toc toc, il y a quelqu’un ?
On interpelle CITEO, entreprise agréée par l'Etat pour collecter les contributions, afin de comprendre les raisons de ce malus.

La raison invoquée : ces nouveaux matériaux sont des "perturbateurs de recyclage". Traduction, les alternatives aux plastique dérangent le système construit pour le plastique... Sans blague...

Pourquoi rester figer sur un modèle qui fait la part belle au plastique, quand des alternatives existent ? Pourquoi opposer une solution à une autre ?

Petit rappel, voilà la mission de CITEO : “faire progresser le recyclage et accompagner ses entreprises clientes dans la réduction de l’impact environnemental de leurs emballages”. Ça tombe bien, c'est justement ce qu'on essaie de faire ;)

On veut faire avancer les choses avec eux, on ne va pas en rester là !
Mars 2018
En finir avec le plastique 
Une nouvelle étude publiée le 22 mars montre que la gigantesque décharge qui flotte dans le Pacifique (le fameux "7ème continent") est encore bien plus importante qu'on l'imaginait. 1800 milliards de morceaux de plastique, pesant un total de quelque 80.000 tonnes, stagnent sur une surface trois fois supérieure à la France et augmentant de façon exponentielle.

Ces 65 dernières années, c'est plus de 8 milliards de tonnes de plastiques qui ont été produites, et dont on ne sait que faire.

Cela vient conforter notre envie de prendre à bras le corps ce fléau et de relever le défi de notre génération. 
Mars 2018
Notre bio-matériau est frappé d’un malus
Mauvaise blague ? Et non. On découvre que l'État applique un malus sur les bouteilles biodégradables et compostables. La contribution financière liée au recyclage est deux fois plus importante que celle qui concerne le plastique classique.

Drôle de manière de soutenir les initiatives durables et innovantes, en faveur de la protection de l’environnement !

La raison invoquée par l’État et CITEO, entreprise agréée pour collecter les éco-contributions : ces nouveaux matériaux sont des “perturbateurs de recyclage”. Traduction, les alternatives aux plastique dérangent le système construit pour le plastique…
Janvier – février 2018
Vers l’infini et au delà !
La presse parle de nos bouteilles végétales et on a de super retours de votre partOn se sent soutenus, on est remontés à bloc, prêts à en finir avec le plastique (même si cela représente un coût supplémentaire pour nous - le matériau utilisé est 70% plus cher que le plastique traditionnel).
On commence le travail pour remplacer également le bouchon de nos bouteilles en matériau végétal ce qui n'est pas simple car il faudrait trouver d'autres producteurs intéressés. 
Octobre 2017
On s’engage pour la planète !
On fait le choix de remplacer nos bouteilles en plastique recyclé, par des bouteilles végétales et compostables en résidus de canne à sucre ! Le résultat : zéro hydrocarbure !
Les premières bouteilles 100% végétales et 100% biodégradables arrivent entre vos mains. On est radis, euh ravis ;)
Ce matériau est biodégradable, mais également recyclable à l’infini, contrairement au plastique qui se recycle mal et presque jamais plus de 3 fois …
Article précédent
L’interview fruits-légumes de David Costa, le coach qui nous donne la banane !

Articles liés

No results found

14 Commentaires. En écrire un nouveau

Dur combat,certes, mais je suis convaincu qu’on y arrivera. Je souhaiterais savoir ou’ trouver ces récipients. Merci.

Répondre

    Merci, vraiment ! C’est la société Lys Packaging qui nous fournit ces bouteilles végétales. Pour l’instant elle ne traite qu’avec des entreprises, mais n’hésitez pas à la contacter pour échanger sur le sujet !

    Répondre

Bonjour,
Belle initiative ! Cependant n’est-il pas plus judicieux de passer à un système de consigne locale avec ou pas des partenariats comme Jean bouteille en IDF. En effet, avez-vous chiffré le bilan carbone de la production de bouteille à base de canne à sucre et leur transport par rapport à la réutilisation ?

Répondre

    Bonjour Sabine ! Aux débuts de Yumi, nous souhaitions en toute logique utiliser des bouteilles en verre réutilisables. Néanmoins, elles étaient incompatibles avec notre technologie HPP, qui demande que les bouteilles soient “déformables” pour supporter la pression de l’eau. Aujourd’hui nous disposons cependant d’un chiffre significatif : une bouteille fabriquée à partir de canne à sucre équivaut à environ 35% du carbone total émis par une bouteille plastique !

    Répondre

La planète a besoin de gens comme vous ! Très belle initiative pour en venir a bout de ce maudit plastique. Et si les industriels pouvaient arrêter de produire autant d emballage en plastique, prétextant qu ils répondent à la demande du consommateur, ce serait top. Non le consommateur que je suis n en veut plus ! Et je ne suis pas le seul. Je boycotte tous les «jettables» et les fastfood en regorgent ! C est du délire.

Répondre

    On n’aurait pas dit mieux Jean ! Selon nous les (vrais) coupables ne sont clairement pas les consommateurs mais bien les géants de l’industrie du plastique. Continuez le boycott à votre échelle, ça n’est qu’une question de temps avant que le mouvement s’amplifie !

    Répondre

chapeau, l’équipe de Yumi. Faut persévérer, à terme les coûts baisseront car tout le monde finira par s’y mettre !!!
Et c’est vous qui avez raison même si pour l’instant faire des bouchons végétaux vous fait investir plus … ça finira par payer !
Courage, on vous soutient à 100%

Répondre

et les bouteilles en verre??

Répondre

    On a bien sûr étudié cette option en imaginant mettre en place un système de consigne. Cependant, le verre n’est pas un matériau adapté aux technologies que nous utilisons, puisqu’il ne résiste pas à la HPP (pas assez malléable), c’est pourquoi on s’est orienté vers la canne à sucre !

    Répondre
Poilus Michel
29/08/2018 23 h 30 min

Je suis adeptes de vos bouteilles depuis longtemps et elles sont bio dégradables sans effets secondaires.

Répondre

Bonjour Yumi 🙂
Je suis une adepte au maximum du mode de vie zéro déchet, c’est ce qui me freine dans mon envie de commander vos petites bouteilles. Néanmoins, je soutiens à 100 % votre démarche, vous êtes top ! Depuis que vous faites des bouteilles biodégradables, j’aimerais sauter le pas ! Mais je me demandais, ça veut dire que pouf, je peux mettre la bouteille dans mon compost et elle se dégradera correctement ?

Merci pour votre réponse, et surtout continuez de vous battre pour que le gouvernement change les choses !

Léa

Répondre

    Hello Léa ! Merci pour ce super enthousiasme, on est radis que vous soyez de pus en plus nombreux à vous mobiliser derrière nous ! Pour répondre précisément à la question : aujourd’hui dans un compost ménager, nos bouteilles en canne à sucre mettraient un bon moment avant de se dégrader (plusieurs mois), on conseille donc de les jeter avec vos ordures communes. En revanche, elles répondent à tous les critères pour être collectées et traitées par les centres de compostages dits “industriels” ! Ils sont encore trop peu aujourd’hui en France, c’est pour ça qu’on milite pour que d’autres entreprises suivent notre chemin, et in fine, encourager l’ouverture de ces centres et démocratiser la pratique ! Objectif : zéro plastique 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Menu